Bilan 2023 (Securibourse)

par Graham ⌂ @, mardi 02 janvier 2024, 23:34 (il y a 201 jours) @ fabrice

J’adresse mes meilleurs vœux à tous les lecteurs et participants du forum et remercie une nouvelle fois chaleureusement Jean-Marie Pacquet de permettre l’existence de ce jeu fantastique depuis autant d’années.

Après plusieurs années de mauvaises performances et d’erreurs de psychologie comportementale assez magistrales qui m’ont fait perdre au moins 50% de mon potentiel de gains et m’ont valu de piétiner de longues années, je me remets progressivement et lentement en selle.

Trop occupé alors à mon travail, à mes autres centres d’intérêts, maîtrisant moins bien aussi mes appréhensions, j’ai commis de multiples et conséquentes erreurs. Mais le navire n’a pas coulé. Il a tout juste surnagé et stagné. Ce qui est toutefois déjà bien. Disposant désormais de plus de temps, j’espère être capable de réitérer mes performances d’antan.

Depuis, la cote parisienne est beaucoup plus pauvre et les occurrences de surperformance plus rares. Les meilleures opportunités demeurent dans l’univers délaissé des micro et nanocaps, dans les marées boursières créant les anomalies de cours et dans l’investissement long sur des entreprises extraordinaires.

La performance sur l’année est de +21,5% (prise en compte l’opération de rachat de Socopi) et de 11,7% (non prise en compte l’opération de rachat de Socopi).

Les cinq premières lignes, par ordre croissant ESSO (25%), M6 (12,3%), TF1 (7,1%), GUILLIN (5%) SEB (4,3%), font plus de cinquante pourcents. Aucune, si ce n’est SEB, n’a vocation à demeurer à très long terme. En conséquence, les prochaines années verront une rotation du portefeuille importante avec pour objectif de constituer à au moins 70% un portefeuille d’actions d’entreprises aux qualités supérieures devant être conservées à très long terme. Le portefeuille sera concentré. J’avais été persuadé, il y a quelques années, que le principal talent d’un investisseur était de ne rien faire et de réduire au maximum ses décisions d’investissements ou de désinvestissements. J’ai remarqué empiriquement que mon pire ennemi en matière boursière était moi-même et ce démon de l’activité à tout prix. J’espère être capable de ceci dans l’avenir. Je me laisse cinq ou six années pour constituer ce portefeuille inamovible, ou presque ;-)

--
[image]





Graham


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum