la bonté du statu quo dans les classes aisées (Securibourse)

par Graham ⌂ @, Luxeuil les Bains, vendredi 01 mai 2020, 00:07 (il y a 70 jours) @ pasca711
édité par Graham, vendredi 01 mai 2020, 00:19

Je crois percevoir la logique sous-jacente, Pasca.
On peut effectivement se dire que personne n'y peut rien à ce virus. Assurément, ce virus n'a sans doute pas une cause humaine délibérée. De la sorte, personne n'en est responsable et on fait à son niveau ce qu'on peut pour y résister.
D'accord, mais dans ce cas poussons le raisonnement plus loin. S'il ne sert à rien de prévoir collectivement, il ne sert à rien non plus de mettre en place des institutions, des hommes pour le faire. Or notre Etat se fait gloire de vouloir tout réglementer, d'empiéter sur tout pour nous protéger. Tout cela a un coût, onéreux, que l'on paie chaque année, qui est pris notamment et principalement sur les revenus des plus pauvres. Si cela ne sert à rien, ce qu'on nous prend pour payer cela n'est pas plus que du vol.
On paie cher la santé, pour les hôpitaux. Pour un même prix, les allemands ont bien plus. Ils ont beaucoup privatisé. Ils ont considérablement moins de personnel non soignant. Leur médecin et leur infirmier sont mieux payé. On paie donc une structure. Pour l'éducation nationale, c'est pareil.
Bon, ce n'est pas la faute à cette équipe. C'est vieux d'au moins 40 ans. Ce n'est pas leur faute. Oui, toujours la faute aux autres. Toutefois, si on y regarde bien, cette équipe n'a rien changé. La dépense publique a encore crû de 2,5% en argent constant si l'on soustrait le coût de l'endettement qui a baissé. C'est l'état qui paie. Non, non, ce seront nos enfants et nos petits enfants qui n'ont pas eu le choix de voter démocratiquement. Ils assumeront nos excès. C'est certainement moral cela. Comment pouvons-nous, en qualité de peuple en être là? C'est simple. Une frange minoritaire, de l'ordre de 25%, se débrouille pour préserver le statu quo. Les autres ne savent pas s'arranger. Pourquoi ces 25% font-ils cela? Ce sont les classes qui s'en sortent le mieux, celles qui perdraient beaucoup plus au chaos qu'à payer un petit impôt supplémentaire. Il ne faut surtout pas pour eux que la situation change, sinon dans le jeu des redistributions brutales que provoquent les périodes politiques heurtées, ils pourraient perdre beaucoup. Pour la France, cela fait une absence d'opposition sérieuse sinon les partis dits populistes. Entre la peste et le choléra. Non ce n'est pas cela. Entre la peste et le rhume, le choix est vite fait. Jusqu'au moment où le rhume mute en coronavirus. Je plaisante. Jusqu'au moment où ce n'est plus possible.

Moi ce qui choque là-dedans, c'est que plus personne n'assume rien. Et surtout qu'en qualité de peuple on assume pas ce qu'on lègue aux générations qui viennent. Après moi, le déluge. Oui c'est ça la morale du temps, après ma pauvre petite vie de merde d'insecte rampant, le déluge. L'enfer, se plaisait à répéter à l'envi Sartre, c'est les autres.

Je ne demande pas des têtes mais que ceux en charge qui ont failli se démettent. Et s'ils n'ont pas l'honneur de le faire, que la population qui les élit ait la dignité de les chasser plutôt que de préférer leur petit intérêt privé. C'est cela que j'appelle être responsable et assumer. Parce que je n'oublie jamais qu'après ma vie, il y a mes enfants et mes petits enfants et j'ai honte de ce qu'on leur laisse.

--
[image]





Graham


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum