le prix du marché ... (Securibourse)

par Graham ⌂ @, vendredi 19 août 2022, 19:45 (il y a 46 jours) @ gaepre1
édité par Graham, vendredi 19 août 2022, 19:49

.
La fusion, évidemment, en maintenant Tavernost à la tête pour la réaliser, semble favorable à l'actionnaire, l'est assurément pour la production française, et l'est probablement même pour les salariés (il faut imaginer l'impact sur le salarié de la baisse des revenus publicitaires ). Il y a toutefois toujours des risques.

Je ne suis pour autant pas devin. Se fera-t-elle ou non ? Bien sûr, je n'en sais rien. Mais le fameux rapport des inspecteurs de l'autorité de la concurrence ne me parait pas déterminant, contrairement à tout ce que l'on entend. La concentration dans les médias se fait partout en Europe et c'est la seule façon de résister aux géants digitaux. Il serait surprenant que l'on fasse autrement en France. Je ne vois ni Lemaire, ni Macron ne pas la permettre.

Si le marché a cru un peu rapidement que le cours de l'action atteindrait le prix réclamé par RTL et consenti par Bouygues pour le groupe fusionné, il a été bien naïf. C'est un prix de prime de contrôle. La valeur de l'action ordinaire était nécessairement moindre, sans doute de 20% à 30%. Je dirai que c'était un raisonnement simpliste, ainsi que fait souvent le marché. Bref un espoir, du vent. Ceci dit, si cela permet au cours de baisser fortement, ainsi qu'il se passe, j'y vois mon avantage: je me trouve avec une société faiblement valorisée.

En faisant l'évaluation sommaire de la valeur de M6, je regarde les deux cas : fusion, absence de fusion.

Hors fusion, M6 avec les radios RTL fait plus de 270 M€ de résultats opérationnels en situation ordinaire. En situation de récession, on peut supposer des résultats abaissés au maximum à 200 M€. On arrive pour ce montant à une valeur d'entreprise à un multiple de 7,3.
Risque opérationnel modéré sur M6, malgré la possibilité de récession, malgré la probable baisse des recettes publicitaires à moyen terme. On peut augurer d'autres années à très bons résultats (supérieurs à 300 M€), une moindre tendance dépressive du marché dans la valorisation, de meilleurs multiples, l'intérêt d'autres acteurs voulant l'acquérir. Voilà ma base d'évaluation.

La fusion, c'est la cerise sur le gâteau. Je ne reviens pas sur son intérêt.

Je dirai que le marché est parti du prix offert par Bouygues pour acquérir 11% du groupe fusionné pour faire son évaluation quand je pars des résultats prévisibles sur les prochaines années pour y aboutir.

S'il est ainsi, la rationalité n'est pas du coté du marché.
Que la probabilité de non réalisation (qui elle-même n'est pas certaine) de la fusion affecte autant la valorisation de M6 me parait une anomalie assez évidente.

--
[image]





Graham


Fil complet:

 Fil RSS du sujet

powered by my little forum